La Bourgogne, à la découverte d’une région d’exception

La Bourgogne, à la découverte d’une région d’exception

novembre 14, 2018 0 Par Amandine Baudel
Rate this post

Premier pays producteur mondial de fromages, la gastronomie française ne manque pas de fumet et de reconnaissance. En effet, « le repas gastronomique à la française avec ses rituels, sa présentation » sont inscrits au patrimoine immatériel de l’UNESCO. Et, prochainement, il pourrait en être de même pour la fameuse baguette. Et côté vin, la France n’est pas en reste. La métropole fait en effet partie des cinq pays qui se partagent la moitié du vignoble mondial.

Avec 11 %, elle se situe derrière l’Espagne qui en détient 13 %. Parcourir les routes de France vous permet alors, épicurien en herbe ou non, d’émoustiller vos papilles. Et, il est une région en particulier qui allie une grande diversité de produits : la Bourgogne. Nombreuses sont d’ailleurs les spécialités qu’elle recèle : escargots, jambon persillé, bœuf charolais, bœuf bourguignon, coq au vin, œufs en meurette, truffes, volaille de Bresse, gougères, moutarde de Dijon, pochouse, époisses, Soumaintrain, corniottes de Tournus, anis de Flavigny notamment, de l’entrée au dessert, la Bourgogne émoustille votre palais. Il ne reste plus qu’à accorder le vin avec les plats.

Découvrir et associer un vin à un plat

Un détour en Bourgogne permet de sillonner les terroirs viticoles : chablis et grand auxerrois, côtes de nuits et hautes côtes de nuits, côtes de Beaune et hautes côtes de Beaune, côte Chalonnaise et Couchois, Mâconnais et Châtillonnais. Entre Auxerre et la région de Mâcon, les occasions ne manquent pas pour que vous puissiez prendre des cours d’œnologie en bourgogne pour découvrir un vignoble aux multiples facettes. Un berceau d’exception qui ne compte pas moins de 84 appellations d’origine contrôlée ! Et, partir à la découverte de ces terroirs, parmi les plus prestigieux au monde, vous pourrez alors déguster à leur juste valeur des vins d’exceptions.

Quant au reste, il vous suffit de suivre les règles de base pour accorder sans aucune fausse note un vin et un plat. Et, en tout premier lieu, il convient de respecter un « ordre de service », un ordre bien précis pour ne pas troubler vos papilles. Il faut donc servir un vin du plus jeune au plus vieux, du plus sec au plus moelleux, du plus frais au plus tempéré, du plus léger au plus charpenté et bien sûr les vins blancs avant les vins rouges. Par habitude, un vin blanc sec et nerveux s’accorde avec un plateau de fruits de mer, du chèvre, du poisson à la chair fondante. Un vin moelleux se mari avec une tarte aux fruits, du roquefort, un vin rouge léger s’associe avec du poisson ou encore la charcuterie, mais s’il est charpenté mieux vaut l’associer à une viande forte comme du sanglier. Dans tous les cas, tant que le vin est dégusté avec tous vos sens et dans le bon verre, il ne faut pas avoir peur de l’associer à un plat. Car après tout, tout n’est affaire que de goût. Finalement, le plus dur sera de faire votre valise, quoique là encore avec quelques astuces elle peut être bouclée sans mal.